Zorozora004

ZOROZORA

ZOROZORA

DATES :
– samedi 28 décembre à 20h30
– dimanche 29 décembre à 16h30
– lundi 30 décembre à 20h30
– mardi 31 décembre à 19h00
– mardi 31 décembre à 22h15

Un concert pas vraiment classique, comique et tout public.

Nota bene : Les représentations du 31 seront précédées ou suivies de cocktails, à 00h le théâtre se transforme en boîte de nuit !

“Quant j’ai découvert zOroZora, j’ai immédiatement perçu leur talent. J’ai été frappé par leur technique musicale, leur douce folie sympathique, mais surtout leur amour de la scène. Je voyais là un fort potentiel qui ne demandait qu’à être développé. Il me fallait donc canaliser ces joyeux lurons, pour mettre en valeur leurs compétences artistiques. Au final, cette collaboration a donné naissance à un spectacle généreux, sincère et délirant. Les textes sont portés par une musique riche des influences du groupe, mélodies traditionnelles d’Europe de l’Est et d’Irlande, ambiance jazzy, le tout dans une énergie “classique n’roll”. Arrangements précis et solos improvisés se succèdent sans relâche, chacun jouant avec son instrument comme un joujou. Le trio s’amuse aussi avec les mots, s’inventant une magie des images dans les textes et mises en scène.” Richard Navarro, metteur en scène.

FRANCE 3 SUD : “Derrière cette apparente légèreté se cache un travail minutieux. Ils savent tout faire : jouer, chanter, faire rire…”

MIDI LIBRE : “Stressé, déprimé ou morose, vous risquez fort de voir votre grisaille d’évaporer en un vaste sourire.”

LES TROIS COUPS : “On voit souvent des spectacles qui se présentent comme déjantés ou décalés… Ici, il n’y a pas tromperie sur la marchandise.”

DEPECHE DU MIDI : “Un vent de fraîcheur et d’insolence, ce groupe décalé et humoristique va plaire.”

LONGUEURS D ONDE : “Mais jusqu’où iront-ils ? Porté par un tempo vivifiant et maîtrisé, Zorozora se pare d’improvisations et d’interactions.”

DAUPHINE LIBERE : “La virtuosité et l’ingéniosité du Quatuor, le décalage des Wriggles, la jeunesse insolente et la fougue qui leur sont propres.”

Mise en scène de Richard Navarro.

D’Hélène Duret et sa clarinette, Sylvain Rabourdin et son violon, Charly Astier et sa guitare.