LaPrincesseRouspette008

La Princesse Rouspette


FÉVRIER
Mercredi 24 à 14h30 et 16h30
Samedi 27 à 14h30 et 16h30

Auteur : Stéphane Roux
Metteur en scène : Kali
Interprètes : Khalida AZAOM, Jacques DESFORGES, Stéphane ROUX
Compagnie : UN PEU DE POESIE
Durée du spectacle : 1 heure
Spectacle jeune public à partir de 5 ans

Connaissez-vous la princesse Rouspette ? Non ?
Eh bien tant mieux et si vous la croisez, fuyez !
Car cette princesse au mauvais caractère
Se rapprocherait plus d’une sorcière que d’une fée.
Mais une ombre mystérieuse va lui jeter un terrible sort :
Plus elle sera méchante et plus elle deviendra laide.
Une fable sur la différence, la beauté de l’âme et le pouvoir de l’amour.
« Divertissant, poétique, et un brin philosophique cette Princesse Rouspette est une réussite. » La Marseillaise
« Bien joué, intelligent, un spectacle qui fait aimer les gens pour ce qu’ils sont
Et non pour l’idée que l’on se fait d’eux » La Provence
RESUME
Il était une fois une princesse fort belle mais pourvue d’un caractère de « cochon ». C’était pour elle la seule façon d’exister et surtout de ne pas s’ennuyer.
La vie décide de lui faire payer sa mauvaise humeur en mettant sur sa route une ombre mystérieuse qui va lui jeter un terrible sort : plus elle sera méchante avec autrui et plus elle deviendra laide.
La Princesse devenue bossue, coiffée de cheveux de paille et attifée d’un nez crochu réalise enfin qu’ « il n’y a que l’âme dont on puisse dire qu’elle est belle » ! Alors son coeur s’adoucit.
Les histoires de Princesses se terminant en général toujours bien, notre Princesse Rouspette retrouvera grâce à un baiser (du prince, bien sûr !) son apparence et conservera sa nouvelle beauté d’Âme…
PROPOS DU SPECTACLE
Ce spectacle n’est pas seulement un conte à rêver mais c’est aussi un conte à réfléchir :
« Il n’y a que l’âme dont on puisse vraiment dire qu’elle est belle.», « On peut trouver beau ce que les autres trouvent laid et on a raison d’aimer ceux que les autres n’aiment pas, parce que du coup, on aime ceux qui ont le plus besoin d’être aimés puisque les autres ne les aiment pas.»
Il nous a semblé important de véhiculer « ces vérités » pour prendre le contre-pied d’une population de jeunes (et de moins jeunes) qui attache beaucoup trop d’importance à l’apparence physique, et ceci afin de participer à la lutte contre toutes les formes de discrimination. « La Princesse Rouspette » sous couvert de conte imaginaire est une réflexion sur la différence, sur la discrimination mais aussi sur la peur qu’elles engendrent. Grâce à la féerie de cette histoire, à sa poésie, peut-être les spectateurs prendront-ils conscience qu’une différence n’est en fait qu’une ressemblance si on décide de changer de point de vue.
NOTE DE MISE EN SCENE
« La Princesse Rouspette » est un spectacle jeune public (dès 5 ans) qui dure plus ou moins 1 heure.
Une comédienne et deux comédiens sont en scène. La comédienne interprète la Princesse, les deux comédiens interprètent plusieurs personnages chacun. Ces changements de personnages se feront grâce aux changements de costumes, de voix et d’interprétation. La volonté du metteur en scène est de ne pas dater l’époque de l’histoire. Aussi les costumes seront de différentes époques, et les décors des plus simples : un lit, des voiles pour donner un effet vaporeux, un fauteuil, un miroir, un portrait.
Le jeu des lumières est très important dans ce spectacle car il permet les changements de situation, les bouleversements dramatiques.
Le personnage de l’Ombre sera projeté au mur grâce à un projecteur de derrière la coulisse. Cette apparition sera accompagnée d’éclairs, de bruits de tonnerre pour donner l’impression d’un fantôme géant. A cet instant les deux autres personnages se figeront comme si le temps s’arrêtait.
L’Ombre pourra alors agir comme un chef d’orchestre avec des pantins pour rendre la Princesse laide.
D’autre part la musique joue un rôle prépondérant dans ce spectacle. Plusieurs passages seront ponctués d’extraits musicaux gais ou tristes qui donneront une information au spectateur sur l’état de la Princesse. Elle-même chantera son grand malheur : être devenue laide.
Enfin les personnages seront interprétés de façon caricaturale c’est à-dire dans l’exagération de leurs gestes et de leurs expressions afin de toucher les plus petits des spectateurs. La mise en scène a été énormément influencée par la Commedia dell’arte. Ce spectacle doit être à la fois visuel et sonore.
DESCRIPTION DES PERSONNAGES
LA PRINCESSE :
Elle a perdu sa mère très jeune. Elle est dotée d’une beauté exceptionnelle mais d’un caractère de « cochon ». Elle n’a pas encore trouvé son prince charmant à cause de sa méchanceté. Elle va subir le pire des sorts : devenir laide. Cette épreuve va lui redonner un cœur d’or et va lui permettre de découvrir l’amour.
LE PRINCE :
Se présente à la princesse comme son nouveau valet. Il est très laid : nez crochu, cheveux gris et sales et bossu par-dessus le marché. Il va tout faire pour que la princesse s’énerve contre lui et ainsi la rendre de plus en plus laide alors que lui embellit. Son plan : faire que la princesse tombe amoureuse de lui, bien sûr !
LE ROI :
Père de la princesse. Il élève seul sa fille car il est veuf depuis plusieurs années. Il se sent coupable de la mort de sa femme, c’est pourquoi il cède tout à sa fille et accepte tout d’elle. Il l’aime énormément.
LE NARRATEUR :
C’est lui qui raconte cette histoire. Il apporte aux spectateurs les informations que l’on ne pourrait percevoir pendant le spectacle. Il agit comme un metteur en scène.
L’OMBRE :
Elle intervient pour jeter un sort à la princesse et lui donner une bonne leçon de vie. Elle apparaît chaque fois que la princesse est désagréable avec le prince pour lui enlever de sa beauté. L’ombre est un personnage fantomatique et surnaturel.
LE VALET/ LE GARDE/ LE JARDINIER :
Ils sont les souffre-douleur de la princesse. Elle s’amuse d’eux, les fait tourner en bourrique et même leur fait peur. Ils permettent à la princesse d’exister et de ne pas s’ennuyer.